Matériel requis : Oreilles, bouches, un microphone... et une enceinte quelque part ailleurs...

La radio cousue main revisite le Front Populaire

Troisième édition de la radio cousue main sur Radio Campus Paris.

Cette fois-ci, 27 minutes ont été enregistrées d’un seul jet, sans protools ni Samplitude, sans plugin directx ou VST, sans Ctrl K, Ctrl Z, Ctrl S, Ctrl RHZPODHEHIZHDKHL… Bref sans ordi quoi. Des compositions improvisées pour quelques bouches et un micro….

Avec les voix de Véronique Macary, Thomas KoppBérengère Altieri-Leca, Sophie Mourot et pour l’équipe de Récréation Sonore : Chloé, Pauline, Antoine et Hélène.

Véronique est arrivée avec une idée de composition, voici ces mots :
« En 1996 j’enregistrais de nombreux témoins de 1936 pour une radio communiste. En fil rouge j’interviewais Gaston Charreton, syndicaliste qui participa aux négociations pour la région Rhone Alpes. Ces sons n’ont jamais été diffusé suite à la mort brutale de TSF. Depuis j’ai toujours eu du mal à m’y « recoller ». Et soudain j’ai pensé à la radio cousue main ! »

Et cela donne pour débuter notre session :

Gaston à le Front Populaire :
ou l’histoire du front populaire en 7 minutes avec son corps, des bruits de bouches et autres grommellements. Trois mouvements : L’exploitation, l’occupation des usines et les négociations qui débouchent sur les accords Matignon.

– Puis une nouvelle version du serpent d’Hélène appelé Lucienne qui raconte ses premiers congés payés.

– Un plongeon vocal et sonore dans la poésie de Desnos

– et enfin 15 minutes d’improvisations avec pour seule consigne : pas de mots…

Oreilles curieuses et voix en quête d’expérimentations collectives, n’hésitez pas à nous contacter pour participer aux prochaines sessions !
creationsonore@radiocampusparis.org
Ou https://www.facebook.com/recreation.sonore